Thomasine Barnekow, designer de mode, au salon Maison d’Exceptions

(sous-titres anglais disponibles)

« J’ai choisi le gant, car c’est un objet un peu oublié, bien que je ne le savais pas au début. Pour moi, c’est comme un bijou doux. Comme tu as tout le temps les mains devant toi, tu peux toujours penser à cet objet et imaginer de nouvelles formes.

J’ai constaté qu’il n’y avait pas beaucoup de personnes spécialisées dans la ganterie, c’est donc une chance de pouvoir exercer un métier que peu de personnes pratiquent, cela rend mon travail encore plus spécial.

Cela fait presque 10 ans maintenant que j’ai débuté mon activité de ganterie, j’ai commencé à travailler en France il y a 8 ans. Au fil du temps, j’ai effectué la partie un peu plus artistique et la couture à Paris, en collaboration avec de nombreux artisans pour trouver de nouvelles matières, et c’est cela que je trouve à Première Vision. »


Auteur : Pascal Gautrand


Share: