Suno, le bon motif

Créée en 2008, Suno est l’une des premières maisons de prêt-à-porter à allier avec succès une esthétique mode très contemporaine à un positionnement éthique et responsable. Ce projet placé sous le signe du métissage est porté par le duo de créatifs Max Osterweis, scénariste diplômé de New York University, et Erin Beatty, styliste diplômée de Parsons, passée chez Tori Burch et Gap.

Max Osterweis, né à San Francisco d’une mère coréenne et d’un père américain d’origine allemande, considère Lamu au Kenya comme sa seconde maison. Ce citoyen du monde collectionne les kangas, des pagnes portés par les femmes africaines de la région des Grands Lacs qu’il déniche lors de ses voyages au Kenya.

suno_premiere_collection
Première collection taillée dans de vibrants imprimés qui s’inspirent de la collection de tissus vintage de Max Osterweis

Ces étoffes offrent un riche répertoire de motifs expressifs aux couleurs vives : graphismes géométriques exubérants, floraux néo-classiques, palmettes stylisées géantes, mais aussi vignettes illustrées de scènes du quotidien. Les designs s’accompagnent traditionnellement de bordures sur lesquelles est inscrit un aphorisme en Swahili, langue parlée en Afrique de l’Est.

Max Osterweis est touché par le climat de violence sociale et politique qui secoue le Kenya et menace l’économie du pays suite aux élections présidentielles de 2007. Avec Erin Beatty, il fonde Suno sur une idée simple : proposer une mode haut de gamme qui puisse apporter des opportunités d’emploi et de développement dans les pays émergents.

Suno Fashion Show, Ready to Wear Collection Spring Summer 2016 in New York
Défilé Printemps-Eté 2016

Ils lancent leur première ligne de vêtements – robes, tuniques et turbans – taillés dans de vibrants imprimés qui s’inspirent de la collection de tissus vintage de Max Osterweis, comme un hommage à la nation kenyane. Ce frais mélange, subtilement ethnique, qui fait la part belle aux matières fait le succès de la marque new-yorkaise.

Le duo de créateurs débute avec des artisans au Kenya et prend en charge la formation des tailleurs. Sept ans plus tard, la griffe s’est développée et travaille avec des ateliers en Afrique, au Pérou, en Inde et en Europe. Le choix des fournisseurs textiles est central dans l’approche de la maison. Il s’agit de trouver des partenaires à fort savoir-faire qui comprennent l’esthétique de la marque et qui offrent des conditions de travail décentes à leurs employés.

suno_runway_newyork_super_jumbo
Défilé Printemps-Eté 2016, détail

Suno continue également à produire une partie de ses collections dans le « Garment District » de New York, le quartier de production textile situé en plein cœur de Manhattan auxquels les créateurs locaux restent très attachés. Loin de toute posture humanitaire, la maison séduit par un engagement réaliste agrémenté d’une touche de glamour cosmopolite. Valoriser l’origine des tissus et le façonnage des pièces de chaque collection est une priorité créative qui s’est révélée être un argument commercial convaincant.

www.sunony.com

Photo en Une : Défilé Printemps-Eté 2016 lors de la Fashion Week new-yorkaise

Crédits photos : Suno NY


Auteur : Magali An Berthon


Share: