Quand l'artisanat local tisse sa toile

Tout autour du monde sont ancrées des traditions artisanales ancestrales, dont la transmission et la diffusion se limitent bien souvent aux périmètres de la communauté locale qui les applique et les perpétue.

Quelques amateurs éclairés, dont l’intérêt pour les savoir-faire est couplé à une profonde volonté d’agir en faveur de populations et plus globalement de faire évoluer les habitudes de consommation et le fonctionnement du commerce mondial, sont bien décidés à changer la donne : ils mettent pour cela les outils contemporains de communication, de marketing ou encore de commerce au service de ces productions locales pour élargir leur visibilité et leur diffusion, et garantir ainsi un meilleur niveau de vie à leurs producteurs.

Trois sites internet s’inscrivent dans la lignée de ce principe de base :

Market Colors organise des formations au Kenya, en Ethiopie et au Malawi : des artisans transmettent aux femmes démunies de ces pays leur savoir-faire, et avec lui un moyen durable de subvenir à leurs besoins. L’association propulse les produits de cette transmission de leur village de production dans le monde entier, par le biais de sa boutique en ligne : on peut y acheter sacs, écharpes, pochettes pour ordinateur ou encore housses d’ipad, tous entièrement faits à la main et accompagnés d’une petite carte mentionnant des informations sur l’artisan et l’origine de leur fabrication.

Market Colors
www.marketcolors.org

Manos del Uruguay est une association créée en 1968 et membre depuis 2009 de la World Fair Trade Organization. Fervent défenseur de l’identité et de la culture uruguayenne, Manos s’est donné pour mission d’améliorer les conditions de vie des populations locales grâce à une croissance économique durable et des opportunités de travail pour les femmes en situation précaire. Sa méthode ? Une organisation des petits groupes de travailleuses, auparavant isolées, au sein de coopératives, toujours locales mais néanmoins tournées vers l’innovation et l’avenir, et soucieuses avant tout de préserver les savoir-faire traditionnels. Le résultat ? Une laine filée à la main vendue en Europe et aux Etats-Unis, des couleurs uniques résultant de teintures artisanales, des ponchos, étoles, ou gilets réalisés sur des métiers manuels et portant la signature de sa conceptrice et la marque de son lieu de fabrication.

Manos del Uruguay
www.manos.com.uy

Lydali est une plate-forme de vente en ligne d’articles combinant éthique et esthétique. Partant du principe que le talent est universel, contrairement aux opportunités, Lydali entend utiliser le potentiel du commerce globalisé et l’intérêt d’une consommation raisonnée pour aider les populations détentrices d’un véritable savoir-faire à sortir de la pauvreté. Pour cela, le site propose une nouvelle façon d’acheter, plus transparente, reliant directement le consommateur à l’artisan ayant réalisé son produit. Le client Lydali s’approvisionne en pochettes Proud Mary fabriquées par des coopérative d’artisans au Guatemala selon les méthodes traditionnelles de tissage et de teinture, en bracelets Peace Cord tissés main par des Afghanes, ou encore en châles Shupaca, en alpaga tissé sur des métiers de bois selon des méthodes vieilles de plusieurs centaines d’années…

Lydaliwww.lydali.com

Ces trois sites, en plus de leur engagement éthique, illustrent cet attachement à l’unicité de l’objet artisanal, et à la valeur du savoir-faire lui ayant donné naissance ; par la valorisation de la main qui se cache derrière elle, chaque pièce sélectionnée s’incarne, et raconte de multiples histoires à la fois humaines, techniques, et culturelles.


Auteur : Angèle Hernu


Share: