Molas, l'art appliqué

Au large de la côte orientale du Panama, un groupe d’îles forme l’archipel de San Blas. Le peuple des Kunas y développe le Mola, un art textile indigène inspiré d’une ancienne tradition locale de peinture sur corps.

Kuna textile

C’est avec la christianisation et l’arrivée des missionnaires espagnols que petit à petit les motifs ont été adaptés sur des toiles de coton. L’utilisation la plus habituelle de cette technique prend la forme d’un chemisier que portent encore aujourd’hui les femmes de l’archipel et dont le dos et le devant sont constitués de tissus multicolores appliqués.

Réalisés manuellement, les motifs molas combinent jusqu’à sept couches de tissu de couleurs différentes préalablement superposées puis évidées partiellement jusqu’à faire réapparaître les couches successives. Les bords sont méticuleusement retournés avant d’être cousus et c’est la finesse des coutures qui détermine la qualité de l’ouvrage.

Kuna Woman sewing, photo © Christian Dory

Dans l’histoire du pays, cette blouse si particulière est devenue un symbole d’identité et de liberté. Au cours de la première moitié du XXème siècle, par souci d’unité, le gouvernement panaméen a tenté de supprimer une grande partie des coutumes traditionnelles de l’ethnie Kuna dont le port de la blouse mola faisait partie. De fil en aiguille, une révolte réussie en 1925 a finalement conduit à un traité grâce auquel les Panaméens ont concédé un certain degré d’autonomie culturelle et territoriale à la tribu des Kunas.


Auteur : Pascal Gautrand


Share: