Le textile, langage de l'art

L’engouement actuel pour l’expression artistique textile ne cesse de croître. Nombreux sont les artistes et les expositions qui soulignent l’emploi du langage textile et mettent en avant diverses techniques de tissage, de tapisserie, de tricotage, de broderie et autres assemblages textiles en tout genre.

En matière d’art et de textile, l’âge d’or se situe sans doute entre le XVIe et le XVIIIe siècles grâce à la riche production de tapisseries, tissées en Flandres, en France ou en Italie d’après des cartons dessinés par de nombreux artistes peintres de l’époque. A Paris, la Manufacture de tapisseries des Gobelins (qui a participé au salon Maison d’Exceptions en 2011) confiera d’ailleurs sa direction en 1663 à l’artiste peintre et décorateur français Charles Le Brun afin d’assurer la qualité créative de ses productions. Tout au long du XIXe siècle, avec l’avènement de l’industrie, l’accent est surtout mis sur les développement techniques et technologiques : la créativité textile périclite et la qualité esthétique des productions s’appauvrit.

Dans le prolongement de l’esprit Arts & Crafts initié dès la fin du XIXe siècle en Grande-Bretagne par William Morris, l’entre-deux-guerres voit l’émergence d’une nouvelle figure artistique : celle du designer textile – c’est notamment le cas en Allemagne avec le Bauhaus et ses disciples tels qu’Anni Albers ou Gunta Stölzl ; et en France avec Sonia Delaunay ou Eileen Gray.

Il faudra ensuite attendre les années 1970 pour qu’un certain retour à l’esprit artisanal et baba-cool au sein de la société occidentale ne fasse émerger à nouveau des formes d’expressions textiles comme la broderie ou la tapisserie dans le champ de l’art : Annette Messager, Sheila Hicks ou Alighiero Boetti en seront de valeureux promoteurs avant que ces pratiques ne se raréfient à nouveau dans les années 1990 où l’art, de plus en plus conceptuel, s’exprime au travers de nouveaux supports immatériels comme la vidéo et l’image numérique.

De la mode au design, dans de nombreux secteurs, la vague actuelle qui porte à une forme de revalorisation des savoir-faire a justement donné lieu au développement du projet Maison d’Exceptions, initié en 2011 par le salon Première Vision, afin de mettre en avant de nombreuses techniques textiles internationales au service des maisons de luxe et des créateurs de mode. Dans le champs de l’art, nombreux sont les exemples d’artistes-plasticiens qui travaillent actuellement autour de supports et de techniques textiles (cf. Jean Baptiste Jean Joseph, Karina Bisch, Irene Alvarez ou Carissa Rodriguez, déjà présentés sur le site Maison d’Exceptions).

Si les musées internationaux spécialisés dans le design textiles, comme le Fashion and Textile Museum à Londres, consacrent de plus en plus fréquemment des expositions à la création artistique textile, en 2013, le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris a plus étonnement produit une exposition qui recensait l’emploi de la technique de la tapisserie dans l’art contemporain et établissait un parallèle avec des productions plus anciennes et parfois populaires. De juillet à octobre 2014, c’est la ville de Guimaraes au Portugal qui accueille Contextile, la seconde édition de la biennale d’art textile contemporain qui rassemble une cinquantaine d’artistes du monde entier.

Les initiatives privées ne sont pas en manque. Ce printemps, en parallèle d’Art Brussels, la foire d’art contemporain de Bruxelles, l’exposition Textile Languages rassemble dans une villa à l’architecture moderniste une sélection d’œuvres d’une quinzaine d’artistes qui s’expriment grâce à des pièces textiles, des vidéos, des photographies et des performances. Caroline Achaintre, Alighiero Boetti, Marie-Ange Guilleminot, Sheila Hicks, Ali Kazma, Jonathan Monk (cf illustration), Jimmy Robert ou Philippe Terrier-Hermann, pour ne citer qu’eux, ouvrent autant de portes permettant de s’attarder sur la question de la matière textile et vestimentaire dans l’art, ses modes de production et son ancrage historique.

Illust.: The World in Workwear, Jonathan Monk, 2011 – Textile, 156×197,5cm – Collection privée, Bruxelles


Auteur : Pascal Gautrand


Share: