L’art du point compté

Le Maroc est un pays qui a su conserver des savoir-faire textiles remarquables qui se perpétuent encore de génération en génération. En matière de broderie, une des techniques les plus réputées et typiques est celle du point de Fès, qui tient son nom de la troisième ville du Maroc à l’artisanat très riche.

Cet art réservé aux femmes est de tradition orale et porte en soi une dimension sociale, économique et culturelle. Il s’enseigne et se transmet de mère en fille, ou bien dans des écoles de broderie. Et c’est aussi un moyen de créer du lien social entre plusieurs générations de femmes.

Hanene broderie - point de fès

Ce point de broderie dit également en « Terz El Ghorza », technique du « point compté », se réalise sur une toile régulière serrée et se pratique désormais dans tout le pays. La brodeuse produit un dessin au fur et à mesure, comme un enchevêtrement de croix, de diagonales décoratives et d’éléments floraux stylisés de façon géométrique qui pourraient continuer ainsi à l’infini.

Hanene broderie - point de fès

Avec cette technique, il est presque impossible de distinguer l’envers de l’endroit, les motifs apparaissant à l’identique sur les deux faces. On obtient un rendu régulier et sans nœud. Le point de Fès vient habiller en frise des bordures de nappes, des parements de draps ou à l’inverse démarre au centre de coussins pour remplir les espaces vides du tissu, comme une arborescence ornementale d’une grande finesse.

Généralement d’une seule couleur : en bleu, noir, vert émeraude, ou rouge foncé sur une toile écrue ou une percale de coton blanche, cette broderie est parfois traitée en bicolore ou tricolore, notamment sur les coussins. Dans chaque ville, un répertoire de motifs et d’associations colorées bien spécifique est développé et c’est ce qui permet aux spécialistes de déterminer l’origine géographique d’un ouvrage.

Hanene broderie - point de fès

Selon la tradition, les jeunes filles apprennent à broder dans le but de confectionner elles-mêmes leur trousseau de mariage : parure de lit complète, napperon, chemin de table, serviettes… Elles peuvent également faire appel à une brodeuse qui travaille le plus souvent depuis chez elle, tout en s’occupant de son foyer. Les brodeuses ont en général dû quitter l’école très jeune et la broderie constitue pour elles une source de revenu importante.

C’est un métier exigeant, usant pour les yeux et les mains. Il faut compter jusqu’à plusieurs mois de travail pour réaliser une parure de lit aux parements entièrement recouverts de points de broderie. Elle sera vendue autour de cinq mille dirhams soit environ cinq cents euros, un prix modique si l’on considère le temps passé et la masse de travail.


Auteur : Magali An Berthon


Share: