Hussein Chalayan, l'urgence du mouvement

Hussein Chalayan est un poète visionnaire, il utilise le temps comme une matière vivante dont les cellules sont des pulsations : le tic et le tac, le jour et la nuit, la vie et la mort.

Les créations sensibles d’Hussein Chalayan sont intimement liées à son histoire familiale. Chypriote, il grandit heureux dans une île multi-ethnique. Les évènements politiques provoquent le déracinement ; il s’installe à Londres. De l’un, il a appris la sensualité, de l’autre l’efficacité. Il l’explique : « Je suis une personne à la fois émotionnelle et rationnelle. Je suis vraiment partagé entre les deux. La capacité de voir des choses et de les lire, vient de la famille de ma mère. Mais ensuite pour qu’elles deviennent vraiment quelque chose, c’est mon éducation britannique qui prend le relais. » Sa culture cosmopolite et ses connaissances en art, architecture, anthropologie et technologies, sont les piliers des thèmes sensibles qu’il aborde avec humanité. Et il en a beaucoup : l’identité, l’immigration, l’intégrisme, le métissage, la condition des femmes, etc.

hussein_chalayan_aw02_webAmbimorphus – Défilé Automne-Hiver 2002
La transformation du statut de la femme à travers cinq modèles distincts.

Nos yeux séquencent en images les paysages qui nous entourent. David Hockney, interviewé par Martin Gayford, dit à propos du regard : « […] quand vous passez d’un point à un autre, vous traversez le temps. Nous voyons des fragments, puis nous les raccordons les uns aux autres. D’une certaine façon, c’est le temps qui crée l’espace. » Et par la manipulation, le temps pourrait donc devenir élastique. Beaucoup, artistes ou scientifiques, se sont déjà essayés à cet exercice. L’émergence des technosciences – par exemple la mécatronique, mais il y en a bien d’autres –  a attiré d’ambitieux projets, le plus souvent lié à la transformation ou à la lumière. Citons pour mémoire Pia Myrvold en 1997 avec son défilé « Dada Memory », ou les britanniques Cute-Circuit et leur« e-prêt-à-porter » qu’ils commercialisent depuis 2004.

Hussein, lui, dissèque le temps et en extrait le tempo : origine de notre perception du temps qui passe, de la mélancolie et de la préciosité de notre pensée. « J’aime montrer ce processus de transformation, qui est celui même de la vie », explique-t-il. Les photos de ses défilés qui semblent figées, reflètent son obsession du mouvement à différentes échelles : un siècle (One Hundred and Eleven/2007), une vie (Ambimorphus/2002), un jour (Dress Transformer/2013). Son message humaniste est clair : la pulsation, c’est la vie et il y a urgence de ne pas l’oublier.

hussein_chalayan_aw13_webDress Transformer – Défilé Automne-Hiver 2013
La robe prend une nouvelle personnalité en un instant.

Depuis 1993, au fil de ses collections, les pulsations se sont intensifiées. Son défilé de la saison Printemps-Eté 2007 marque les esprits par un éblouissement technologique. Si certains créateurs se sont perdus dans le chant des sirènes des technosiences avec des projets sans profondeur, Hussein a su transformer cette parenthèse amoureuse en passage initiatique. Et lorsque l’on apprend que Chalayan signifie « cascade » en turc, sa dualité entre le mouvement continuel et la force tranquille apparaît comme une évidence. D’ailleurs le défilé Automne-Hiver 2013 est la preuve de cette maturité acquise et déploie avec beaucoup de délicatesse de nouvelles métamorphoses fluides, sereines, apaisées. Là, la technologie n’est plus, pour autant l’émerveillement subsiste avec des couleurs douces et harmonieuses. L’humanité de nos histoires respectives et de la fragile beauté de l’instant, l’essence même du passage du temps, le passionne et rend ses créations si vibrantes.

Et lorsque l’on le questionne sur sa grande capacité de travail, il répond avec humour : « La météo ! C’est assez banal, mais à Londres, il pleut beaucoup, alors forcément vous restez dans votre atelier à travailler ! » Une pudeur tout à l’égal de son appétit de vie.

chalayan.com

Photo en Une : One Hundred and Eleven – Défilé Printemps-Eté 2007
Des métamorphoses qui illustrent l‘histoire de la mode à travers un siècle. Ici de 1950 (Christian Dior) à 1960 (Paco Rabanne).

Crédits photos : Hussein Chalayan


Auteur : Florence Bost


Share: