Hannoh, taillée en plein drap

Alentir le rythme, refréner les compulsions consuméristes, contrer les inconstances de la mode, doucement cheminer vers une consommation raisonnée, ainsi définir et prôner un style. Saison après saison, des douceurs estivales aux froidures hivernales, Hanno Wessel formé à l’École de la chambre syndicale de la couture parisienne, fait l’éloge de la mode lente en mode durable et s’inscrit dans ce mouvement nommé slow fashion.

02_HANNOH_ah2011_red_Thibault Jeanson

L’histoire de sa marque Hannoh débute en 1994. Une première collection qui porte déjà dans ses plis l’envie de transmettre la charge émotionnelle du passé, rendre sensible le vécu. Les robes sont taillées dans de vieux draps brodés et les toiles de peintre de lin lavé sont transformées en trench-coats et cabans. Les vêtements portent la mémoire de leur matière. Le principe est posé : concevoir des vêtements qui racontent une histoire.

05_HANNOH_pe2011_6_Thibault Jeanson

Pour étoffer ses valeurs de raffinement, de confort et d’intemporalité, Hannoh décline les matières naturelles, le lin, le coton, la soie, la laine, le cachemire, plus rarement la fourrure… et privilégie les tissages, teintures ou apprêts artisanaux. Manteaux et vestes sont façonnés dans le Harris Tweed, une laine pure et vierge tissée à la main aux Hébrides, archipel écossais. Robes et chemises légères sont coupées dans des khādīs, tissus indiens de soie ou coton tissés main.

Les matières nobles, irréprochables de qualité et de résistance, servent un travail formel significatif. Les détails sont puisés dans ceux des vêtements de travail ou militaires. Le fonctionnel ne se dissocie pas de l’élégance. Boutonnage, poche, lien de resserrage, ceinturage en cuir sont des éléments doux placés avec justesse. Grand soin est accordé aux doublures et finitions. Les coupes sont graphiques : le rond impose son harmonie.

La marque à la griffe tissée de fil rouge explore toute la palette des blancs aux graphites en passant par les gris ponctuée de vert impérial, de bleu indigo, d’orange vif ou de rouge garance. La fibre fait figure. En effet, le motif se restreint à la rayure, aux carreaux. La surteinture donne une profondeur aux couleurs. Les lavages finissent d’apporter la souplesse. Amidonnée ou amollie, froncée ou froissée, la matière fait l’émotion…

Ce sont moins de 100 modèles qui constituent une collection, et par saison quelque 5 000 pièces sont produites en France et en Italie. L’authenticité des vêtements de Hanno Wessel s’accorde avec une production respectueuse des savoir-faire textiles (tissage, teinture, lavage, finition…). La valeur ajoutée de cette écologie du vêtement se résume facilement : fabriquer moins et produire mieux. Ce qui revient à dire, à l’autre bout de la chaîne : consommer moins et porter mieux. Acheter et chérir.

Ainsi sont conçus des habits qui s’inscrivent dans la durée.

Hannoh est une marque taillée en plein drap. En refusant le « prêt-à-jetable » depuis 20 ans, son créateur Hanno Wessel fait acte de résistance. Après une pause, le regain de la marque est attendu pour l’hiver 2015…

www.hannoh.com


Auteur : Sylvie Marot


Share: