Cosmétotextiles : la beauté qui vient de l'intérieur

La cosmétologie textile place le bien-être corporel au cœur des préoccupations de l’innovation textile : le tissu est envisagé comme un véritable produit de beauté ou un remède aux propriétés tantôt stimulantes ou apaisantes.

Qu’ils agissent à la manière d’une crème hydratante ou qu’ils libèrent un parfum agréable, sous forme de foulards ou même de ceintures diffuseurs de fragrances, les textiles cosmétiques, au service du soin de la peau, sont également appelés dermotextiles. Souvent composés d’actifs anti-dessèchement et de substances antirides, ils peuvent tout autant être utilisés pour traiter certaines maladies de la peau, que comme crème de soin amincissante, voire anti-cellulite, grâce à l’imprégnation de caféine et de thé vert par exemple.

Le développement de nouvelles technologies, comme les nanotechnologies, a donné naissance à de nouveaux procédés tels que la microencapsulation. Les vertus des cosmétotextiles proviennent de substances spécifiques injectées au cœur de l’étoffe ou de la fibre par microencapsulation. Au fur et à mesure de l’usage des produits, frottements et échauffements provoquent la rupture des capsules et libèrent ces fragments aux multiples propriétés cosmétiques sur les parties du corps désirées.

De nombreux composants additionnels, qu’ils soient chimiques ou naturels, mêlés au matériau filé, permettent d’apporter une multitude de nouvelles fonctionnalités aux vêtements et accessoires et ouvrent le champ à de nouvelles applications, à la frontière des domaines de l’habillement et de la cosmétologie.

Le sport, la lingerie et le beachwear sont des domaines privilégiés de développement et d’application pour les cosmétotextiles. Le sport en particulier est comme souvent un véritable laboratoire de recherche et les cosmétotextiles ont rapidement trouvé leur place dans ce secteur. On y développe depuis des années des textiles confortables, avec des matières offrant une barrière protectrice contre les odeurs corporelles ou améliorant les performances lors de la pratique sportive.

Sont en outre utilisés des actifs de plantes stimulantes et adoucissantes à base d’huiles essentielles énergisantes, anti-fatigue, ou même des accélérateurs de circulation sanguine qui facilitent la récupération des muscles.

La fibre sensible Smartcel™ Sensitive, développée en Allemagne par la société Smartfiber, transforme les textiles de sport en produits bienveillants pour la peau. Il s’agit là d’une fibre cellulose à base de zinc, oligoélément essentiel, qui confère une douceur unique. Le SeaCell™, matière viscose enrichie en oligoéléments issus d’algues marines, peut lui aussi être micro-encapsulé au cœur du textile et offre des propriétés cosmétiques de douceur et d’hygiène.

Grâce à l’aromathérapie textile, les secteurs de la lingerie et du beachwear, qui ne cessent de se développer et de se diversifier, ont ajouté dernièrement à leur panel des textiles bienveillants, soignants et relaxants.

On y trouve des microencapsulations de gingembre antistress et revitalisant, ou encore d’ylang-ylang relaxant. Des textiles microencapsulés à base d’aloé véra sont aussi souvent utilisés comme hydratant ou comme cicatrisant, alors que d’autres matières, à base de menthol, contribuent au rafraîchissement de la peau après son échauffement.

Ces principes s’adaptent parfaitement aux sous-vêtements et notamment aux collants dont le produit phare, innovant et mode, le plus représentatif en la matière, est le collant amincissant.

De nombreuses marques, comme Le Bourget et Dim, innovent et proposent toute une gamme de produits qui assurent l’hydratation de la peau et permettent du même coup d’optimiser la beauté et la douceur des jambes.

Dim invente la Dimaline – association d’actifs microencapsulés alliant de huile d’amande, d’abricot et d’olive, riches en vitamine A et E – pour assurer hydratation et douceur maximales, et les collants Diam’s minceur, dont les micro-capsules intégrées contiennent de la caféine qui mobilise les graisses.

Daxon ou Lytess proposent des bas enrichis à l’huile de loofah ou au beurre de karité liquide à l’effet cutané raffermissant, tandis qu’un produit équivalent, développé par La Redoute, opte plutôt pour un alliage de cristaux de céramique intégrés à l’ADN du fil qui confére aussi des propriétés amincissantes.

Il existe en effet toute une gamme de produits amincissants développés d’après la technologie bio-céramique (alliages de minéraux intégrés aux fibres par micro-encapsulation) qui agissent sur le métabolisme en activant le flux sanguin pour produire un drainage naturel.

Même si les cosmétotextiles manquent encore de tenue dans le temps et qu’ils perdent de leur efficacité au fil des lavages (ils peuvent toutefois être réactivés et réimprégnés par pulvérisation), ils sont néanmoins de plus en plus durables et le nombre de leurs étonnantes propriétés ne cesse de se multiplier.

Le potentiel d’innovation et de développement de ces nouvelles technologies est très important et s’étend désormais à l’ensemble du secteur habillement : Royo, fournisseur de tissus denim, a créé une ligne de denim « bien-être », aux propriétés cosmétiques de rajeunissement de la peau. Une nouvelle jeunesse pour l’industrie textile ?


Auteur : Sabine Vanaverbeck


Share: